lindsay-adler-mobile-g-team-3-1

Lindsay Adler

Photographe de mode et portraitiste

Lindsay Adler est une photographe spécialisée dans les portraits et la mode, installée à New York. Son travail a été publié dans de nombreux titres internationaux spécialisés dans la mode et la photographie, notamment les magazines Elle, Harper’s Bazaar, Marie Claire ou encore Numero. Le style de son travail, épuré, audacieux et graphique, est devenu sa marque de fabrique, la rendant très populaire auprès de ses clients dans le monde entier.

Suivre Lindsay Adler sur les réseaux sociaux

Le flux de production ou « workflow »

Projet à la une

"Tout le monde a une anecdote à raconter sur les problèmes rencontrés avec les autres marques de disques durs, mais G-Technology fonctionne parfaitement pour moi."

"Sur le plateau, en particulier pour les shootings de mode, le temps c'est de l'argent », explique Lindsay Adler, photographe de mode et de portraits de renom. "Parfois, vous prenez des photos jusqu'à la toute dernière seconde qui vous est comptée dans cet endroit que vous avez loué pour des milliers de dollars. À la seconde où le temps imparti à un endroit donné s’est écoulé, vous devez partir rapidement, sinon vous serez facturé d'heures supplémentaires à un tarif exorbitant. Alors, au dernier moment, je crie "On remballe !" pour que nos stagiaires ou assistants rangent le matériel. Parfois, dans la précipitation, ils oublient que les disques durs sont branchés. Ces derniers finissent alors sur le sol avec toutes les photos que nous avons prises ce jour-là. Ils se figent, pensant que je vais certainement me mettre en colère, mais je leur dis toujours : "Branchez-le, jetez-y un coup d'œil pour vous assurer qu’il est intact." Depuis que j'utilise les disques durs G-Technology, nous n'avons jamais eu de problème. Jamais. Pour cette raison précise, je n'achète que du matériel durable et fiable."

Lindsay Adler a commencé à prendre en photo les personnes de son entourage à l'âge de 15 ans, en organisant des séances pour les amis et la famille, en couvrant des événements tels que des mariages, des naissances, en prenant des photos de classe au lycée et autres. Rapidement, elle a interrogé les photographes professionnels de son entourage sur l’université à intégrer et les matières à étudier.

Lindsay se souvient qu'ils lui avaient tous dit : "N'étudie pas la photographie. Étudie la gestion d'entreprise. N'importe qui peut prendre de bonnes photos, mais il faut des connaissances et une certaine expertise pour diriger une entreprise prospère."

Elle n'a écouté que la moitié de leurs conseils et s'est inscrite à l'Université de Syracuse, où elle a étudié à la fois la photographie et la gestion d'entreprise. Cependant, ce n'est que vers la fin de ses années universitaires qu'elle a suivi un cours de photographie de mode. Ce cours allait changer sa vie. Elle savait qu'elle avait trouvé sa passion. Faire carrière dans les beaux-arts n'était pas suffisant. Lindsay avait envie de relever le défi supplémentaire de s'imprégner de la vision de quelqu'un d'autre et de la mêler à ses propres talent et créativité pour en tirer quelque chose de mieux encore.

Après un passage à Londres où elle a étudié la photographie de mode, Lindsay Adler est retournée à New York pour diriger un studio de portraits tout en réalisant des photographies de mode pendant ses week-ends. Elle a passé ses nuits à travailler sur les éditoriaux de mode et les mariages en même temps. Lindsay a également entamé une deuxième carrière en tant que formatrice.

"Mon but dans l'enseignement est vraiment d'aider les gens à gagner du temps, à faciliter leur travail et à réduire les situations problématiques par lesquelles je suis moi-même passée, quel que soit le sujet », déclare-t-elle. "Je veux aider les gens à apprendre rapidement et efficacement afin qu'ils puissent se concentrer de nouveau sur leur passion : la photographie."

Le premier cours de Lindsay s'intitulait « L'organisation à l'ère numérique ». Il allait être le premier de nombreux cours qu'elle donnerait sur la gestion des ressources numériques. Son cours explique comment simplifier les choses et se protéger avec des moyens plus intelligents pour localiser les images et les préserver via leur archivage et leurs multiples sauvegardes. Actuellement, elle dispense des cours lors de toutes les grandes conférences sur la photographie aux États-Unis. Ses sujets se sont étendus et incluent désormais la créativité et le développement de techniques innovantes pour se démarquer. Selon Lindsay, le plus grand danger, c'est la suffisance. Les gens ne devraient jamais faire preuve de suffisance avec leurs books... Ou leur dispositif de stockage.

La meilleure sauvegarde

"Quand je suis arrivée à New York, je dirigeais quelques projets", explique Lindsay Adler. "Nous avions besoin de beaucoup d'espace de stockage car mon directeur photo shootait avec des caméras RED et Phantom. Lorsque je parlais à des cinéastes et directeurs de la photographie réputés, je leur disais : "Je ne sais pas trop quels sont les meilleurs disques durs". Sans conteste, tout le monde disait, "Achète du G-Technology. C'est la seule façon de t'en sortir." Le choix était unanime. Tout le monde a une histoire à raconter sur les problèmes rencontrés avec les autres marques de disques durs, mais G-Technology fonctionne parfaitement pour moi et ce, depuis le premier disque dur que j'ai acheté."

Avoir pour équipement de stockage des produits fiables et de qualité est la priorité pour Lindsay Adler. Elle met également en lumière la capacité. Si le conseil généralement donné est de réfléchir à deux fois pour ne faire qu'une seule prise, en ce qui la concerne, elle a tendance à réfléchir à deux fois et à faire dix prises. Lindsay remarque que ses meilleurs clichés sont souvent pris lors des « entre-deux », lorsque les cheveux du modèle sont à moitié coiffés ou qu'il y a une expression naturelle fugace entre les poses.

Cela donne une succession d'images brutes représentant un volume considérable de gigaoctets. Pendant les années où elle a utilisé des produits G-Technology, Lindsay avait généralement recours à deux G-DRIVE ev RAW sur le terrain. (En règle générale, elle achète toujours deux disques durs et s'assure que les données de l'un soient copiées sur l'autre dès que possible.) Elle a également opté pour le G-Speed Shuttle with Thunderbolt™ 3 pour sauvegarder les images de son ordinateur portable.

"C'est vraiment simple pour moi car je n'ai pas à transporter partout un système encombrant pour sauvegarder mes données", explique-t-elle. "Mes assistants n'ont qu'à sauvegarder mes fichiers. Quand je rentre à la maison et que je le branche, il est déjà en mode miroir et je n'ai plus qu'à travailler. Cette solution est aussi simple à transporter qu'à utiliser et me permet surtout de sauter une étape par rapport à mon flux de production précédent."

De l'appareil photo à l'archivage, Lindsay prend des photos en étant connectée à son G-Drive ev RAW, qui à son tour sera répliqué automatiquement sur un second disque ev. Une fois à la maison, elle sauvegarde le G-Drive ev RAW sur son G-Speed Shuttle avec redondance RAID intégrée. Le premier G-Speed Shuttle est en réalité sauvegardé sur un second G-Speed Shuttle. Un système de sauvegarde quadruple n'est pas si compliqué. Toutes les mises en miroir sont automatiques et gérées via des applications de sauvegarde. Les prises sélectionnées par les clients ou retouchées ultérieurement (représentant peut-être 2 % du volume total d'images) sont également sauvegardées dans le système de stockage en cloud photoshelter.com.

Épuré, audacieux, graphique

Si les méthodes de Lindsay Adler semblent un peu extrêmes, gardez à l'esprit qu'elle applique ses propres conseils. Une sauvegarde assidue fait partie de son flux de travail depuis ses débuts. Elle est l'une des rares photographes professionnelles ayant eu la "chance" de ne jamais perdre une seule image de son travail. Elle a eu des problèmes avec d'autres marques de disques, mais elle avait toujours fait des sauvegardes.

Ses pratiques en matière de stockage reflètent son choix de marque de stockage, qui à son tour est en phase avec son style professionnel. Son travail se concentre sur un seul élément, un concept frappant. Cet élément prend vie dans l'image sans ajouter d'arrière-plan qui pourrait détourner l'attention ou d'effet de texture inutile.

"J'aime décrire mon style comme épuré, audacieux et graphique."

D'un point de vue esthétique, Lindsay Adler adore l'aspect des disques durs G-Technology et la façon dont ils s'empilent afin que son environnement soit simple et raffiné. Elle ne préconise aucune marque spécifique à ses étudiants, mais elle leur conseille de dépenser leur argent pour obtenir les bonnes solutions.

"Lorsque vous commencez, vous souhaitez souvent aller vers le moins cher," explique Lindsay Adler, "mais c'est comme vouloir acheter l'appareil photo le moins cher ou la sangle la moins chère. Si la sangle de l'appareil se casse, votre appareil sera également endommagé. C'est la même chose avec les disques durs. Si le disque dur tombe en panne, vous perdez vos fichiers. Cet investissement supplémentaire vaut la peine pour votre tranquillité d'esprit."

Les membres G-Team, spécialisés dans leurs domaines respectifs, utilisent les produits G-Technology au quotidien. Les membres de la G-Team reçoivent une contrepartie pour leur participation.

Les disques durs externes G-Technology font partie intégrante d’une stratégie de sauvegarde globale. Il est conseillé aux utilisateurs de garder au moins deux copies de leurs fichiers les plus importants, sauvegardées ou stockées sur des appareils ou des services en ligne différents.